Programme interuniversitaire de formation
en recherche en santé mondiale
(Santé-Cap)

SIGNETS  

Tour St-Antoine

850 rue St-Denis, Bureau S03.922
Montréal (Québec) Canada  H2X 0A9
Téléphone : 514 890-8000, poste 14363
Télécopieur: 514 412-7108


Espace de réflexion


Publiée le 17 août 2015

Cette année, la 22ième Conférence canadienne sur la santé mondiale se déroulera à Montréal, du 5 au 7 novembre 2015, un partenariat avec la Société canadienne de santé internationale (SCSI) et le programme Santé-Cap!

Le thème de cette conférence est le Renforcement des capacités en santé mondiale: recherche et interventions.

Cette conférence fournira un forum pour les praticiens, les chercheurs, les professeurs, les étudiants, les décideurs politiques et les militants communautaires, intéressés aux soins de santé primaires, et qui souhaitent partager connaissances et expériences, tout en promouvant l'innovation et la collaboration.

Pour plus d'informations sur la SCSI et la conférence: http://www.ccgh-csih.ca/ccgh2015/index/&lang=fr

Pour vous y inscrire à la conférence: http://www.ccgh-csih.ca/ccgh2015/registration/&lang=fr

Au plaisir de vous y voir en grand nombre!

Lire la suite »

Publiée le 10 septembre 2013

Témoignage d'une stagiaire Santé-Cap sur l'École d'été 2013

Santé-Cap est un programme de formation pluridisciplinaire en santé mondiale offert par un consortium de quatre universités québécoises et financé par les Instituts de recherche en santé du Canada et le Réseau de recherche en santé des populations du Québec. Outre le soutien financier apporté sous la forme de bourses d’études, de stages et de voyage, Santé-Cap organise régulièrement des formations et écoles d’été. Cette année, nous étions près d’une trentaine à participer à l’école d’été 2013 intitulée Mondialisation et iniquités de santé.

Pendant une chaude semaine du mois d’août, des étudiants de maîtrise, des doctorants et des post-doctorants dont les recherches portent sur des enjeux de santé mondiale se sont réunis au département d’épidémiologie de l’Université McGill à Montréal, sur l’invitation de Theresa W. Gyorkos, directrice de l’école d’été. Conférences, études de cas, travaux de groupe et visite de terrain étaient au menu de cette semaine intense en réflexions et en apprentissages.

Ronald Labonté de l’Université d’Ottawa a ouvert le bal avec une présentation mémorable mettant en perspective mondialisation économique, crise financière et inégalités de santé. En s’appuyant sur des données chiffrées extrêmement explicites, le Pr Labonté nous a ouvert les yeux sur une facette peu glorieuse de la mondialisation et les processus (politiques d’ajustement structurel, accords commerciaux, etc.) conduisant aux inégalités de santé. Un autre chercheur de renommée internationale, le Pr Nick Drager de la London School of Hygiene and Tropical Medicine, a clôturé l’école d’été en nous entrouvrant les portes souvent dérobées de la diplomatie en santé mondiale. La complexité des relations internationales et l’enchevêtrement des enjeux économiques, de santé et de souveraineté nationale nous ont été remarquablement révélés par le Pr Drager. Les maladies tropicales négligées et les maladies non transmissibles, l’exode des cerveaux, les changements climatiques et les traumatismes psychologiques, qui ont fait l’objet de conférences au cours de la semaine, ont parfaitement illustré les relations entre mondialisation et inégalités de santé.

Que ce soit au cours des études de cas, des travaux de groupes ou des pauses santé, les discussions entre les étudiants ont été vives. Quel rôle pouvons-nous jouer, comme jeune chercheur et citoyen, dans cette agora mondiale qui nous semble souvent hors de portée ? Quel impact pouvons-nous avoir face à ces processus de mondialisation qui apparaissent incontrôlables, tels des tsunamis ? De nombreuses questions nous ont assaillis et se sont multipliées suite à notre visite d’un site de production de carottes où travaillent des saisonniers immigrés du Mexique et du Guatemala. Nous avons pu mettre des visages sur des phénomènes invisibles dont nous avons compris les ramifications politiques, économiques et environnementales, au-delà des expériences personnelles.

En nous offrant les clés pour comprendre les phénomènes de mondialisation et leurs impacts en termes d’inégalités de santé, les organisateurs et les conférenciers de l’école d’été 2013 nous ont conduits à nous indigner, à nous interroger, et à nous remettre en question. C’est un cadeau formidable qu’ils nous ont fait. Nous avons toute une carrière devant nous pour leur montrer que nous les avons entendus et pour tenter, à notre mesure, d’agir pour renverser la vapeur.  

Emilie Robert, candidate au Ph.D. santé publique, Centre de recherche du CHUM

Stagiaire séniore du Programme Santé-Cap

 

 

Lire la suite »

McGill Université Laval Université de Montréal UQAM IRSC RRSPQ
Les quatre équipes Teasdale-Corti du programme

Le Programme interuniversitaire de formation en recherche en santé mondiale vise à contribuer au développement national et international de la recherche en santé mondiale, par le recrutement et la formation de chercheuses et de chercheurs qui travailleront dans un environnement interdisciplinaire de haut calibre et dont la performance influencera les politiques publiques et les programmes de santé mondiale. L'objectif principal du Programme Santé-Cap est d'offrir des possibilités d'apprentissage, ainsi que des ressources humaines et matérielles pour la formation en santé mondiale, qui ne sont pas disponibles présentement au Québec et qui sont considérées comme essentielles au développement des compétences clés pour les futurs leaders en santé mondiale.